Cendrars et l’ennemi public n.1 du Brésil

Paris : 27 mai 2024 19h00.

Conférence de Carlos Augusto Calil, en compagnie de Marie-Paule Berranger et de Michel Riaudel (Paris 3 Sorbonne Université).

Attention, voici Febrônio !

En août 1927, un double crime odieux secoua la capitale fédérale. Les corps de deux jeunes mineurs avaient été découverts sur l’île de Ribeiro, à Jacarepaguá. Le père du plus jeune identifia sur les fichiers de police Febrônio Índio do Brasil comme étant le responsable. Febrônio, métis et homosexuel, avait publié un an plus tôt “Les Révélations du Prince du Feu”, écrit depuis sa prison d’Ilha Grande. Il se proclamait prophète d’une secte qui adorait le « Dieu Vivant ou Aimant de la Vie ».

Les crimes qu’on lui reprochait étaient entourés d’une aura mystique mêlée à une sexualité frénétique. Déclaré « porteur d’une psychopathologie constitutionnelle caractérisée par des écarts éthiques prenant la forme de “folie morale” et de perversions instinctives », il fut incarcéré jusqu’à la fin de ses jours. Quatre écrivains, au moins, se sont intéressés au cas de Febrônio : Blaise Cendrars, qui lui consacra son texte Magia sexualis, Prudente de Morais, neto et Sérgio Buarque de Holanda, les éditeurs de la revue Estética, ainsi que Mário de Andrade. […]

En savoir plus ICI


OpenEdition le sugiere que cite este post de la siguiente manera:
REGARDS CNRS (17 de mayo de 2024). Cendrars et l’ennemi public n.1 du Brésil. Redial & Ceisal. Recuperado 12 de julio de 2024 de https://doi.org/10.58079/11okn


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search