Límites de las democracias y crisis revolucionarias en América Latina 1959-2019

Journée d’étude : Limites des démocraties et crises des révolutions en Amérique Latine 1959-2019

Paris : EHESS

3 de junio de 2019 10h00-17h00

Cierre de la jornada de estudio : 18h30-22h00

Embajada de Uruguay en Francia

Cette journée d’étude, organisé par Artelogie, Autres Brésils, Consejo Consultivo, Grecol-ALC, Groupe d’études Interdisciplinaire sur le Venezuela et des nombreux chercheurs, s’interroge sur le rapport ambigu entre révolution et démocratie en Amérique Latine.

En effet, 60 ans après la révolution cubaine qui proposait à l’Amérique latine le choix du changement politique radicale et suite à 30 ans de reformes graduelles issues de la fin du cycle des dictatures du Cône Sud, une crise profonde est déclenchée au sein de ces deux modèles de gouvernance bien différents.

Ceux-ci ont permis le déploiement d’une gauche “dure” (castrisme à Cuba, chavisme au Venezuela, sandinisme au Nicaragua…) et d’une “gauche modérée” en Argentine, au Brésil, au Chili, en Uruguay.

L’arc temporel initié par l’écartement des deux pôles – changement progressif propre au retour des démocraties des années ’80 et transformation radicale par la révolution – s’est cristallisé au cours de ces cinq dernières années autour de phénomènes concomitants.

Au Brésil une longue période démocratique semble prendre fin avec la prise de pouvoir du nouveau président d’extrême droite, Jair Bolsonaro le 1er janvier 2019.

Au Nicaragua le pouvoir issu de la première insurrection populaire de soutien à la révolution sandiniste de 1978, écrase violemment les manifestations pour les réformes du système de sécurité sociale démarrées le 18 avril 2018.

Depuis la mort de Hugo Chavez en 2013, une crise politique s’ajoute à une situation économique catastrophique au Vénézuéla, poussant à l’exode de plus de 4 millions de Vénézuéliens.

À la surenchère autoritaire du président chaviste Nicolas Maduro, l’opposition a répondu par la proclamation d’une “présidence par intérim” de son chef Juan Guaido, le 23 janvier 2019, aussitôt dénoncé par le pouvoir, l’État-major de l’armée ainsi que la Russie et la Chine.

Ces cas, analysés fréquemment au seul niveau national, gagneraient à être posés de manière comparative, interdisciplinaire et au croisement de regards venant d’une pluralité d’acteurs.

C’est pourquoi cette journée propose de mobiliser de témoignages de réalisateurs, des analyses de chercheurs d’horizons disciplinaires multiples, et des créations audiovisuelles.

Organisateurs : Sol BISCOUTO FRESSATO (Revue Olho da Historia-Brésil), Amalia BOYER (Profesora Principal de Carrera, Directora grupo de investigación Geo-estética, Escuela de Ciencias Humanas, Universidad del Rosario, Colombia), Denis MERKLEN

(Membre du Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine), Angélica MONTES MONTOYA (Professeur à l’École Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales et chercheure associée à l’Institut de Recherche et d’Enseignement sur la Négociation), Fernanda MORA (Logiques Contemporaines de la Philosophie, Département de philosophie, Université Paris 8), Jorge NOVOA (FFCH – Sociologia –UFBA, Brésil), Glauber SEZERINO (co-président d’Autres Brésils, Sociologue, doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales), Edgard VIDAL (UMR 8566 CRAL – CNRS – EHESS)

Organisateurs institutionnels : Artelogie, Consejo Consultivo de Uruguayos en Francia, Culture et Histoire dans l’Espace Roman (C.H.E.R.) EA4376, GRECOL-ALC, Groupe d’études interdisciplinaire sur le Venezuela, Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (Paris 3), Logiques Contemporaines de la Philosophie (Paris 8).

Leer más :

https://journals.openedition.org/artelogie/3569


También te podría gustar...

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.