Capitalismo y (post)esclavitud: para una crítica caribeña de la economía política

Paris : FMSH :

2 de octubre de 2019 :

Journée d’études :

Capitalisme et (post)esclavage : pour une critique caribéenne de l’économie politique

Dans la conclusion de son ouvrage Capitalisme et esclavage, qui fête cette année ses 75 ans, Eric Williams déclarait que la thèse défendue par lui de la centralité des logiques et pratiques esclavagistes dans l’émergence du capitalisme industriel, quoique démontrée à partir du seul exemple britannique, avait valeur « générique » dans la mesure où elle aurait aussi bien pu être étayée à partir du cas français. Cette hypothèse, à peine esquissée, n’a jamais réellement été mise à l’épreuve, la réception du livre de Williams en France étant restée pour le moins lacunaire, tandis qu’il n’a cessé de nourrir recherches et controverses dans le monde anglophone. Cette journée d’études est une première tentative pour (re)lancer le débat en adoptant une approche croisée entre les Caraïbes “britannique” et “française” et en élargissant la perspective aux transformations des modes et rapports de production, des formes de travail et de résistance, après les abolitions jusqu’à l’ère néolibérale dans laquelle nous vivons. Il s’agit en définitive d’encourager le développement d’une critique de l’économie politique qui reste le parent pauvre des études contemporaines sur la Caraïbe dans le monde francophone.

Avec Catherine Hall (historienne, University College London), Caroline Oudin-Bastide (historienne, chercheur associé, LC2S-CNRS, Martinique), Françoise Vergès (politologue, écrivain), Jean-Jacques Cadet (philosophe, journaliste), Jean-Bernard Ouédraogo (sociologue, EHESS), Jean-Pierre Sainton (historien, Université des Antilles) et Matthieu Renault (philosophe, MCTM et Université de Paris 8).

Leer más :

http://www.fmsh.fr/fr/node/30309


También te podría gustar...

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.