Imaginarios de la frontera. Decir y narrar los espacios cerrados en las Américas en un mundo globalizado

Revue Amerika n°19 – Imaginaires de la limite. Dire et narrer les espaces fermés aux Amériques dans un monde globalisé :

Fecha limite : 20 de noviembre de 2019 :

A la fin du XXe siècle, avec l’avènement d’espaces de libre circulations comme Schengen, la matérialisation de la frontière semblait appartenir au passé, du moins dans les imaginaires collectifs et les représentations. En 1989, la chute du Mur de Berlin abolissait une frontière symbolique, la représentation d’une limite par antonomase. Mais alors que ce mur-là tombait, d’autres étaient en gestation et commençaient à se matérialiser, le plus connu et médiatique étant celui entre le Mexique et les États-Unis, dont les premiers pans apparaissent dès le plan Guardian en 1994. Ce renforcement n’a fait qu’aller crescendo depuis les attentats de New-York en 200, avec un très net durcissement depuis l’élection de Trump à la présidence de la République.

Cette séparation, entre ce que l’on conçoit encore comme la première puissance mondiale et l’Amérique émergente, est devenue le symbole le plus courant de la limite entre deux territoires aux identités spécifiques, n’est qu’en fait la matérialisation d’une myriade de divisions territoriales et identitaires, et ce, sur toute une surface qui recouvrirait l’intégralité du sous-continent : communautés et quartiers fermés, espace public adapté à certains groupes de population en particulier, réserves indigènes, narco-cités, etc.

A l’heure où la construction fictionnelle se banalise dans ses formes et que les contenus et supports sont de plus en plus transmédia, il semble judicieux de s’interroger sur les narrations qui peuvent découler de la mise en perspective de ces limites, frontières et espaces fermés. Que disent-ils du rapport à l’espace, à l’identité, à l’Autre ?

Ce numéro d’Amerika propose d’interroger les axes suivants :

– Comment narrer la limite,

– La limite protège-t-elle ?

– Dedans, dehors, qui écrit pour qui et comment ? Bornage culturel et entre-soi,

– Quelle place pour ceux et celles qui sont en dehors des limites.

Leer más :

http://www.fabula.org/actualites/revue-amerika-n-19-imaginaires-de-la-limite-dire-et-narrer-les-espaces-fermes-aux-ameriques-dans-un_91974.php


También te podría gustar...

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.