Sur les sentiers de la violence. Politiques de la mémoire et conflit armé au Pérou, Valérie Robin (Univ. Paris-Descartes)

Vendredi 18 Décembre 2020 de 10h à 12h :

En visioconférence :

Discutants : Anne-Marie Losonczy (EPHE) et Michel Naepels (CNRS/EHESS, CEMS) :

Dans le cadre du Séminaire d’anthropologie américaniste, organisé conjointement par le Centre Enseignement et recherche en anthropologie américaniste (EREA) du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC-EREA, UMR 7186), le Centre de recherche sur les mondes américains (CERMA, MONDAM, UMR 8168) et le Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS, UMR 7130), une conférence aura lieu vendredi 18 décembre autour du dernier ouvrage de Valérie Robin : Sur les sentiers de la violence. Politiques de la mémoire et conflit armé au Pérou (Paris, Éditions de l’IHEAL/Presses de l’Université Sorbonne Nouvelle, 2019).

Présentation de l’ouvrage :

Basé sur des enquêtes menées dans les Andes quechuas d’Ayacucho, cet ouvrage interroge les séquelles du conflit fratricide qui endeuilla le Pérou à la fin du XXe siècle. Cet épisode opposa l’État aux maoïstes du Sentier lumineux et creusa de profondes fractures ethniques, socioéconomiques et politiques. Les violentes disputes qui entourent l’usage des termes terroriste, victime ou héros exercent toujours – à 20 ans de la fin officielle du conflit – un pouvoir performatif sur l’identité et le destin de nombreux individus. Dans ce contexte, comment se construisent de nos jours les mémoires de la guerre ?
Pour le comprendre, Valérie Robin Azevedo s’est intéressée aux bricolages sémiotiques qui permettent aux communautés quechuas les plus éprouvées par la guerre d’évoquer la violence. Influencés par un discours hérité de la Commission de la vérité, mais aussi par l’imaginaire culturel andin, ces configurations inédites forment autant de chemins de traverses dans la quête d’un vivre ensemble apaisé. Décalées par rapport au modèle prôné par la justice transitionnelle, les dynamiques mémorielles analysées ici sont peu visibles dans l’espace public national. Pourtant, elles révèlent la valeur symbolique et sociale des procédés alternatifs de gestion du passé en contexte post-conflit. Sur les sentiers de la violence constitue à ce titre un essai original d’anthropologie des mémoires de guerres civiles.

En savoir plus :

https://lesc-cnrs.fr/component/jevents/8412/sur-les-sentiers-de-la-violence-politiques-de-la-m%C3%A9moire-et-conflit-arm%C3%A9-au-p%C3%A9rou,-val%C3%A9rie-robin-univ-paris-descartes?lang=fr


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search