Séance AGF-Concours : Amérique ET latine. L’Amérique latine entre permanences et mutations

Paris :

22 janvier 2022 9h30-18h00 :

Format hybride :

L’Association de Géographes Français (AGF) organise quatre séances annuelles. La séance de janvier est désormais devenue « LA » séance concours.

Elle aura lieu le samedi 22 janvier 2022 à l’Institut de Géographie de Paris (191, rue Saint-Jacques – 75005 – Paris), et sera consacrée à la question de l’« Amérique latine » ; elle sera coordonnée par Marie-Françoise Fleury, Maître de Conférences en géographie à l’Université de Lorraine, site de Metz, et Hervé ThÉry, Directeur de Recherche émérite au CNRS-Creda, Professeur à l’Université de São Paulo (USP-PPGH).

La séance est intitulée « Amérique ET latine. L’Amérique latine entre permanences et mutations ».

La participation est gratuite, avec une inscription obligatoire à l’adresse suivante : assogeo@wanadoo.fr, en présentiel, dans la limite des places disponibles.

Toutefois, devant le succès de « LA » séance concours, afin de répondre à la demande des étudiants de province, cette séance aura lieu simultanément en présentiel et distanciel, un lien sera envoyé peu de temps avant le 22 janvier aux personnes ayant indiqué vouloir participer en distanciel lors de leur inscription.

Amérique ET latine

L’Amérique latine entre permanences et mutations

La première raison de s’intéresser à l’Amérique latine en 2022 est qu’elle a été mise cette année aux programmes des concours de recrutement de professeurs de l’enseignement secondaire, collège et lycée, mais d’autres raisons vont au-delà de cette contingence, notamment les changements de cap politiques qu’elle a connus dans les deux sens, la recrudescence du déboisement de l’Amazonie, mais aussi – heureusement – la vitalité de ses cultures. Elle est donc en constant renouvellement et il est bon de revisiter cette « partie du monde » comme disait la géographie de jadis avec les approches et les outils de celle d’aujourd’hui.

La façon même dont cette partie des Amériques est nommée dit déjà beaucoup sur elle puisque cette désignation lui a été donnée par référence à des ensembles qui lui sont extérieurs. C’est un sous-ensemble du continent américain, la partie de celui-ci qui s’étend de l’océan Atlantique à l’océan Pacifique du Rio Grande à la Terre de Feu, pas de problème de limites donc, tout au plus peut-on s’interroger sur la pertinence d’une limite définie par un fleuve qui est devenu la frontière entre le Mexique et les États-Unis qu’en 1848 quand les seconds ont annexé une bonne partie de ce qui faisait jusque-là parti du territoire du premier. C’est donc une notation culturelle qu’apporte l’adjectif « latine » accolé au substantif « Amérique », une expression opposant donc une Amérique marquée par la culture ibérique et catholique à une Amérique anglo-saxonne et protestant. Depuis sa « découverte » l’Amérique latine a en effet toujours été soumise à des influences externes : elle a vécu cinq siècles de dépendance, dont trois comme colonies des pays ibériques, puis comme « arrière-cour » des États-Unis. Son intégration forcée à l’économie du Vieux Monde l’avait déjà conditionnée à entrer aujourd’hui dans une mondialisation plus subie que voulue, ses tentatives d’intégration ont été décevantes et pèsent moins aujourd’hui que les flux de migrants, de réfugiés et de drogue

Mais le continent est loin d’être homogène, les situations des pays sont différentes, ils ont des trajectoires de développement, de stagnation, voire de déclin. Il résulte de ces évolutions une modification des rapports de voisinage entre eux et des évolutions politiques spectaculairement opposées, qu’on ne peut résumer en « basculements » à droite ou à gauche comme le font trop souvent les médias.

9h30-12h30 et 13h45-18h

Modalités : Intervention 20 mn et 10 mn d’échanges

09h30 : Marie-Françoise Fleury et Hervé ThéryMaître de Conférences en géographie à l’Université de Lorraine, site de Metz, UFR Sciences Humaines et Sociales, / Directeur de Recherche émérite au CNRS et professeur à l’Université de São Paulo (USP-PPGH) :  Amérique ET latine. L’Amérique latine entre permanences et mutations. Présentation. Problématique

10h : Hervé Théry : « Grands ensembles régionaux et géopolitiques »

Résumé – Comme les régionalisations habituelles ne sont guère satisfaisantes on peut tenter une autre approche : partir d’un phénomène incontestable, les disparités du peuplement qui opposent des régions « pleines » à d’autres considérées comme « vides ». Pour comprendre cette opposition on doit prendre en compte à la fois des données naturelles et les modalités de l’occupation historique du continent, par deux approches, l’une structurelle et l’autre culturelle.

Mots clés : régionalisation, pleins et vides, centres culturels, pôles, axes.

10h30 : Marie-Françoise Fleury : « Les milieux naturels »

Résumé – Les milieux naturels de l’Amérique latine sont très divers, du nord au sud, de l’isthme centraméricain au Cône Sud, des Andes à l’Ouest aux boucliers, bassins, plaines et plateaux à l’Est. Parmi les plus originaux, l’Amazonie est parcourue par des fronts pionniers responsables d’un déboisement massif.

Mots clés : boucliers, bassins, plateaux, climats, écosystèmes, fronts pionniers.

11h : Sylvain Souchaud, Chargé de Recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) : « Environnement, ressources et développement »

Résumé – La question environnementale en Amérique latine se pose dans le cadre d’une lente structuration des sociétés. Durant la période coloniale, s’est établie une relation de la société à la nature où, en réponse aux besoins de populations distantes, le milieu a été segmenté en ressources exploitables. Ce rapport de dépendance s’est maintenu dans le modèle économique, l’exploitation du milieu naturel constituant jusqu’à aujourd’hui le fondement du mode de développement dominant en Amérique latine. Toutefois, la crise du système Terre, dont les déterminants sont anthropiques, accentue la vulnérabilité des sociétés latino-américaines et remet en cause les fondements même de ce modèle de société.

Mots clés : environnement, ressources, dépendance, exploitation, vulnérabilité.

11h30 : Cathy Chatel et François Moriconi-Ebrard, Directeur de Recherche au CNRS / Ingénieure de Recherche au Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, américains et asiatiques (CESSMA) : « Villes et populations urbaines »

Résumé – L’Amérique latine a un niveau d’urbanisation très élevé, un maillage extensif des territoires par les petites agglomérations, mais aussi des réseaux urbains dominés par de très puissantes métropoles nationales ou régionales. Pour expliquer ces particularités, il utilise un système de mesure unifié : la base de données Geopolis, qui applique une même définition de l’espace urbanisé à l’échelle internationale, quelle que soit la définition officielle utilisée dans chacun des 20 pays. Combinant ses résultats avec la Théorie de la Forme Urbaine fondée par l’école québécoise de géographie il construit quelques hypothèses concernant l’une des questions fondamentales de toute approche régionale : l’unité présumée de l’ensemble étudié, au-delà de la diversité et des singularités de chaque agglomération urbaine.

Mots clés : urbanisation, villes, agglomérations, réseaux, Géopolis.

12h : Sylvain Souchaud : « Population et migrations »

Résumé – Les populations latino-américaines sont en « régime de transitions » : la transition démographique, couplée à la transition urbaine, engagée autour de la deuxième moitié du XXe, introduit de profonds changements quantitatifs et qualitatifs qui n’ont pas encore produit tous leurs effets. Ils constituent, encore, un puissant moteur du changement social et des dynamiques territoriales dont les spécificités concourent à la formation d’une identité latino-américaine.

Mots clés : transitions, démographie, dynamiques, changement, identité.

12h30 -13h45 : Pause déjeuner

13h45 : Sébastien Jacquot, Maître de Conférences à l’Université Paris1 – Panthéon-Sorbonne, IREST, Laboratoire EA 7337-EIREST (Équipe Interdisciplinaire de REcherche Sur le Tourisme), Université Paris1 – Panthéon-Sorbonne : « Le tango à Buenos Aires et Montevideo : de la globalisation à la valorisation »

Résumé : Le tango, né dans le bassin du Rio de la Plata à la fin du XIXe siècle, après une éclipse dans la seconde moitié du XXe siècle, connaît un renouveau globalisé, à la fois comme spectacle et comme pratique. Considérer la géographie du tango à Buenos Aires et Montevideo est alors étudier leur place éminente dans une diversité de circulations touristiques et culturelles, à diverses échelles (continentales et mondiales), transformant des éléments culturels et patrimonialisés en étendards territoriaux et moteurs de développement par la culture et le tourisme. Ces usages politiques et économiques du tango pluralisent ses significations et produisent des conflits sur les modes d’ancrage d’une pratique culturelle à ces deux villes.

Mots clés : tango, patrimoine immatériel, Buenos Aires, Montevideo, circulations, tourisme.

14h15 : Sébastien Velu, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine : « Systèmes énergétiques »

Résumé – : Les hydrocarbures et la grande hydro-électricité ont été les technologies énergétiques dominantes au XXe siècle en Amérique latine, le nucléaire ne jouant qu’un rôle marginal. Aujourd’hui, ce modèle connaît des difficultés et des critiques, liées notamment à ses conséquences environnementales locales et globales, mais aussi aux difficultés des États et des compagnies publiques de l’énergie. Le texte présente donc la distribution des principales ressources et les formes d’organisation du territoire qui lui sont associées, puis les aspects géopolitiques de la question énergétique en Amérique latine.

Mots clés : hydrocarbures, hydro-électricité, ressources, réseaux, géopolitique

14h45 : Hervé Théry : « Agriculture et agrobusiness »

Résumé – Le monde rural latino-américain juxtapose, cinq siècles après la conquête ibérique et trois siècles après l’indépendance des pays qui la composent, des systèmes agraires contrastés, mais il souligne ensuite que ses campagnes sont en pleine mutation, plus ou moins avancée selon les pays. La plupart ont vu ou voient actuellement se substituer ou se juxtaposer au système traditionnel, issu de la colonisation espagnole et portugaise, un système plus complexe où une agriculture modernisée et bien insérée dans le complexe agro-industriel se taille une place croissante à côté – ou aux dépends – des paysanneries traditionnelles

Mots clés : agrobusiness, latifundio, minifundio, campagnes,

15h15 : Bastien Beaufort, Directeur Adjoint de l’entreprise de commerce équitable de produits écologiques Guayapi : « La fabrique des plantes amazoniennes »

Résumé – L’Amazonie est le centre d’origine de certaines des plantes majeures de l’humanité, originaires de la plus grande forêt tropicale de la planète. Comment ces végétaux, à l’origine produits et consommés à des échelles locales ou régionales, sont-ils devenus des marchandises échangées et parfois financiarisées à des échelles planétaires ? Quels ont été les mécanismes de la globalisation des plantes d’Amazonie ?

Mots clés : Amazonie, plantes, diffusion, marchandisation, globalisation

15h45 : Nassima Zeggaï, Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche en hospitalité et tourisme au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) : « Un tourisme diversifié, en marge des flux internationaux »

Résumé – Même si elle ne compte pas parmi les principaux bassins récepteurs du tourisme international, c’est une région qui a toujours attiré des visiteurs en quête d’aventures et de découvertes grâce à des lieux touristiques reconnus de divers types, tourisme non seulement balnéaire mais aussi urbain, religieux, d’aventure ou festif qui peuvent en faire un marché touristique prometteur.

Mots clés : tourisme, flux, lieux touristiques, balnéaire, découverte

16h15 : Thomas Apchain, Enseignant Contractuel d’Enseignement et de Recherche, Université d’Angers/ESTHUA Tourisme et Culture, Laboratoire ESO-Angers. Enseignant Contractuel d’Enseignement et de Recherche : « Tourisme et pacification dans les favelas de Rio de Janeiro, Brésil »

Résumé – Initiées dès les années 1990, les visites touristiques des favelas de Rio de Janeiro ont atteint leur apogée dans les années 2010 alors que la ville connaît une exposition médiatique sans précédent du fait de l’accueil des méga-événements de la décennie (Coupe du Monde de football, JMJ, Jeux Olympiques). Mais sur le millier de favelas que compte la ville, seule une poignée est concernée par ce phénomène. Les favelas du tourisme sont aussi touchées par un autre processus, cette fois incarné par l’État, qui consiste au déploiement d’Unités de Police Pacificatrice (UPP). Retour sur les relations entre tourisme et pacification dans les favelas de Rio de Janeiro.

Mots clés : favelas, Rio de Janeiro, tourisme, pacification.

16h45 : Catherine Biaggi et Marie-Françoise Fleury, Inspectrice Générale de l’Éducation nationale, du sport et de la recherche : « L’Amérique latine dans les programmes scolaires et dans les épreuves des concours »

Résumé – L’Amérique latine figure explicitement dans les programmes de géographie du collège et du lycée, et des espaces latino-américains permettent de déployer ou d’illustrer les thématiques et les problématiques des programmes. Sa diversité, les formes de son insertion dans la mondialisation, les tensions et les dynamiques qui la traversent et la structurent offrent des possibilités multiples pour aborder et approfondir les notions et processus centraux des programmes que sont l’habiter, le développement durable, l’environnement, la transition, la recomposition, les mutations, la mondialisation et les différenciations et les inégalités spatiales. L’Amérique latine apparaît comme un réservoir important pour un très vaste choix d’espaces pouvant être mobilisés au fil des thématiques des programmes.

Mots clés : programmes, concours, Capes, Agrégation, dissertation, commentaire, documents.

17h15 : Marcelo Pires Negrão, Enseignant à l’Université d’Angers : « Autre regard »

Résumé – Témoignage d’un Brésilien enseignant en France et coordinateur de l’ouvrage L’Amérique latine, aux éditions Ellipses : autre point de vue, autre génération.

17h35 : Synthèse, conclusions, perspectives / Marie-Françoise Fleury et Hervé Théry

Fin des travaux : 18h


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search