Séminaire TEA – Transition Écologiques Americaines : Forêt, agriculture et climat au Brésil

Campus Condorcet – Aubervilliers :

18 mars 2022 15h30-17h30 :

Ci-joint l’annonce de la prochaine séance de l’Axe Transitions Écologiques Américaines. Celle-ci aura lieu le VENDREDI 18 MARS de 15h30 à 17H30 en salle 5.023 du bâtiment de recherche sud du Campus Condorcet (5e ét.) et pourra être suivie au lien de connexion suivant.

Les intervenant.e.s :

– Marion Daugeard, (post-doc à l’Université de Brasília et CREDA) ;

– Lívia Kalil (CREDA) ;

– Thaís Rosa (UFRJ/Université Panthéon-Sorbonne).

Description de la séance

Dans le contexte de la COP 26 (2021), le Brésil est revenu sur ses engagements climatiques, révisés à la baisse l’année précédente. Alors que le mandat de l’actuel gouvernement Bolsonaro a considérablement affaibli la position de leader international assumée par le Brésil depuis plus d’une décennie sur les enjeux climatiques, on peut se demander où en est la stratégie brésilienne de diminution des gaz à effet de serre, et comment le Brésil prétend atteindre les objectifs qu’il s’est fixé dans le cadre de l’Accord de Paris.

Le séminaire propose de retracer la genèse des engagements brésiliens sur le plan climatique, et de mesurer le chemin parcouru. Trois présentations se succéderont. Livia Kalil montrera d’abord comment le sujet du changement climatique s’est progressivement imposé dans les politiques publiques brésiliennes à partir de la seconde moitié des années 2000, et notamment du lancement du PPCDAm en 2004. Thais Rosa et Marion Daugeard s’intéresseront ensuite à deux instruments devant contribuer à atteindre les engagements, à savoir (i) le Plan Sectoriel d’Atténuation et d’Adaptation au Changement Climatique pour la Consolidation d’une Économie à Faible Émission de Carbone dans l’Agriculture (Plan ABC) lancé en 2009 et prolongé jusqu’en 2030, et (ii) la mise en œuvre de la réglementation issue de la réforme du Code Forestier.

Dans le détail :

Livia Kalil, doctorante en sciences politiques au CREDA, apportera un regard socio historique sur la construction de la réponse brésilienne aux enjeux climatiques (depuis le début des années 2000 jusqu’à aujourd’hui). Elle montrera comment a progressivement été formulée et problématisée la politique climatique brésilienne, ou plutôt, comment les politiques environnementales se sont « climatisées », et cherchera à mettre en évidence la spécificité brésilienne de la lutte contre le changement climatique.

Thais Rosa, doctorante en géographie à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), en cotutelle avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (PRODIG) s’intéressera plus particulièrement au Plan Sectoriel d’Atténuation et d’Adaptation au Changement Climatique pour la Consolidation d’une Économie à Faible Émission de Carbone dans l’Agriculture (Plan ABC). Elle analysera le projet qui sous-tend l’adoption de ce plan et montrera dans quelle mesure celui-ci entend contribuer à la réduction des gaz à effet de serre et à l’adaptation au changement climatique. Elle montrera également comment il se déploie et quelles difficultés de mise en œuvre il rencontre.

Marion Daugeard, docteure en géographie, post-doctorante à l’université de Brasília et chercheure associée au CREDA, s’intéressera à la mise en œuvre du Code Forestier brésilien, souvent présenté comme une voie stratégique de réduction des émissions de GES brésiliennes. Elle interrogera ainsi la contribution des dispositifs introduits à l’occasion de la réforme du texte de loi en 2012, et mettra en évidence leurs limites ainsi que les difficultés de mise en œuvre actuelles, 10 ans après la réforme.

La séance suivante de l’Axe TEA aura lieu le vendredi 1er avril, 15h30-17h30 (salle à confirmer). La présentation de Pablo Jaramillo, résumée ci-dessous, aura pour objet : « Cianuro, mercurio y otras socialidades químicas en una frontera de recursos en Colombia ».

Desde el punto de vista del gobierno de Colombia y de compañías de minería a gran escala, el futuro de los mineros artesanales es inadmisible y condenado como dañino para el país. En esta presentación argumento que personas marginalizadas por la violencia y la pobreza que extraen oro de forma artesanal y a pequeña escala crean un sentido del porvenir y el fututo a través de sus involucramientos con sustancias peligrosas e incluso mortales. Hacer visible las relaciones entre humanos y sustancias químicas permite hacer legibles formas alternativas de vida que se interponen en el camino de grandes corporaciones, el gobierno nacional, mafias locales y mercados financieros que buscan el oro como refugio en tiempos de crisis. Al analizar las relaciones con el cianuro y el mercurio en un ejemplo de minería artesanal, ofrezco una comprensión de la supervivencia y resistencia en las márgenes de los ciclos violentos del capitalismo. Esta presentación se basa en trabajo de campo etnográfico llevado a cabo en Colombia entre el año 2016 y 2018 con habitantes del pueblo minero de Marmato y personas involucradas con el gobierno de los recursos minerales en Colombia.

En savoir plus ICI


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search