Exil et migration au féminin depuis et vers l’Espagne, XX-XXIe s

Appel à communication :

Colloque – Université de Lorraine – Campus Lettres et Sciences Humaines, Nancy :

9-10 février 2023 :

Date limite de soumission : 3 mars 2022 :

Les médias et les politiques de tendance conservatrice clament que les migrants « déferlant » actuellement sur l’Europe sont très majoritairement des hommes, qui arrivent seuls. Ces affirmations, erronées, connaissent cependant un large écho, à tel point qu’en juin 2018, la Croix Rouge Espagnole décida de publier un démenti concernant les 629 rescapés d’un naufrage recueillis à bord du navire L’Aquarius, afin de témoigner que l’embarcation ne contenait pas que des hommes mais également des femmes, pour certaines enceintes, et des jeunes filles. Le Haut Commissariat aux Réfugiés indiquait alors que les femmes représentaient 51% des flux migratoires de la planète[1] et, selon le rapport établi en avril 2021 par l’Observatoire Espagnol de l’Immigration, dépendant du Ministère de l’Inclusion, si 48% des migrants en Espagne sont des femmes, ce pourcentage peut atteindre 56% pour les vénézuéliennes, 57% pour les ukrainiennes, 61% pour les russes et même 70% pour les paraguayennes[2].

L’histoire de l’Espagne est une histoire de migrations : du XVe siècle aux années 2000, il s’est surtout agi d’émigration ; vers les colonies, vers l’Afrique du Nord, puis vers les autres pays d’Europe tels que la France, la Belgique ou encore l’Allemagne. Inversement, depuis les années 1990, avec une forte accélération au début du XXIe siècle, à la faveur de sa prospérité économique et pour pallier un taux de natalité catastrophique, l’Espagne est devenue un pays d’accueil pour les populations étrangères. L’Observatoire de l’Immigration comptabilisait ainsi 5,8 millions de résidents étrangers en Espagne en avril 2021, pour une population totale de 47,3 millions d’habitants[3].

Quelle a été, et quelle est actuellement la place des femmes dans ces mouvements migratoires, parfois choisis et de durée très variable, et dans le phénomène de l’exil, défini comme une migration internationale effectuée sous la contrainte. […]

Le colloque s’articulera selon deux axes : le premier sera consacré au phénomène envisagé selon les sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, politique, géographie…) ; le deuxième s’intéressera au traitement et aux représentations de l’exil et des migrations au féminin dans la littérature et les domaines artistiques tels que la peinture, la danse, la bande dessinée, le théâtre, etc. Les œuvres choisies pourront émaner de migrantes elles-mêmes, dont les travaux auront forcément été influencés par leur expérience de vie, mais elles pourront également être des productions d’hommes et de femmes n’ayant pas connu la migration ou l’exil.

En savoir plus ICI



Citar este post
REGARDS CNRS (2022, 30 marzo). Exil et migration au féminin depuis et vers l’Espagne, XX-XXIe s. Redial & Ceisal. Recuperado 20 de junio de 2024, de https://doi.org/10.58079/th33

También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search