Appel à article de la revue Mutatis Mutandis. Revista Latinoamericana de Traducción : Traduction et interprétation (auto)censurées dans les mondes hispaniques

Mutatis Mutandis. Revista Latinoamericana de Traducción :

Appel à contributions, vol. 16, no. 2, 2023 : Traduction et interprétation (auto)censurées dans les mondes hispaniques.

Directeur/Éditeur : Juan G. Ramírez Giraldo (Universidad de Antioquia, Colombie).

Éditeurs invités : Marian Panchón Hidalgo (Universidad de Granada, Espagne) et Raphaël Roché (Université Jean-Monnet-Saint-Étienne, France).

Date limite de soumission : 5 septembre 2022.

Argumentaire :

Selon Jansen (1988, p.132), la censure pourrait être définie comme « une forme de surveillance, un mécanisme servant à accumuler des renseignements que les puissants peuvent utiliser pour renforcer le contrôle à l’encontre des personnes ou des idées qui menacent ou disruptent les systèmes de l’ordre établi[1] », ce qui suppose que la censure n’est pas seulement institutionnelle, caractéristique des dictatures et d’autres systèmes politiques autoritaires (Falcón, 2019 ; Lobejón Santos et al., 2021 ; Poupeney-Hart & Navarro, 2021), mais qu’elle peut aussi se manifester dans des contextes démocratiques, que ce soit de manière consciente ou inconsciente (Merkle, 2018 ; Santaemilia, 2008 ; Sanz-Moreno, 2017). Dans ces deux situations, le traducteur ou interprète, pièce maîtresse du processus, doit affronter le texte ou le discours et tenter d’éviter tous les obstacles qui pourraient apparaître au cours de cet acte communicatif. Dans certaines occasions, et dans le but d’esquiver une éventuelle réaction hostile, il est possible que le traducteur ou l’interprète s’auto-censure, autrement dit, qu’il adopte des mesures préventives pour devancer la réprimande que son texte ou discours pourrait provoquer chez « l’ensemble des groupes ou corps de État – ou certains d’entre eux – capables ou habilités à lui imposer des suppressions ou modifications, avec ou sans son consentement ». (Abellán, 1987, p. 18). De plus, Abellán distingue deux types d’autocensure : l’explicite et l’implicite. La première correspond aux suppressions et aux modifications négociées entre le traducteur ou l’interprète et l’organisme censorial pour pouvoir ainsi sauver l’ensemble de la traduction ou de l’interprétation. D’autre part, en ce qui concerne l’autocensure implicite, le traducteur ou interprète peut prendre des mesures préalables à la traduction du livre ou à l’interprétation du discours (autocensure consciente), ou bien il peut se voir influencé de manière involontaire par des habitudes acquises, des conditionnements historiques, sociaux et même éducatifs (autocensure inconsciente).

Par conséquent, l’objectif de ce numéro consiste à présenter les résultats les plus récents liés à la traduction et à l’interprétation (auto)censurée dans les mondes hispaniques, que cela soit dans des systèmes dictatoriaux ou dans d’autres, théoriquement démocratiques. Ainsi, il s’agit de compenser le déséquilibre que nous observons dans l’étude des relations entre traduction/inteprétation et censure, bien plus développée sous certains régimes (Espagne franquiste, Amérique coloniale) que dans d’autres (Philippines pendant la Colonie, Cuba socialiste, dictatures militaires de la Guerre froide en Amérique hispanique ou Guinée Equatoriale, etc.).

Ce numéro propose, donc, d’élargir l’état de la question, en embrassant une pluralité de contextes géographiques – Europe, Afrique, Amérique, Asie – et historiques – depuis le XVe siècle jusqu’à aujourd’hui – des pays de langue espagnole dans les domaines suivants (liste non exhaustive) :

Traduction littéraire (auto)censurée
Traduction audiovisuelle (auto)censurée
Traduction de non fiction – essais, presse, etc. – (auto)censurée
Interprétation (auto)censurée
Agents politiques ou économiques de la censure – ou de l’autocensure – de la traduction ou de l’interprétation

En savoir plus ICI

 

 

 

 


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search