XIIe journée des Doctorant·e·s du laboratoire AMERIBER (Université Bordeaux Montaigne)

Bordeaux :

7 décembre 2022.

Date limite de soumission : 15 Octobre 2022.

Lors de cette douzième édition de la journée des doctorant·e·s du laboratoire AMERIBER (EA 3656), les participant·e·s auront l’occasion de travailler sur la notion de palimpseste.

Ce “manuscrit sur parchemin d’auteurs anciens que les copistes du Moyen Âge ont effacé pour le recouvrir d’un second texte” (Trésor de la langue française) peut évoquer les diverses pratiques actuelles qui portent en leur sein des traces du passé, un passé qui rejaillit, d’une certaine façon, après avoir été effacé par le temps.

Il est effectivement désormais fréquent de parler de “palimpseste” pour des œuvres artistiques faisant écho à d’autres œuvres, des idées, des concepts, des théories passés et avec lesquels elles dialoguent dans le but de, par exemple, s’inscrire dans un sillage générationnel pour le revendiquer, le questionner, le nier ou encore le mettre en relation avec l’actualité afin d’en redéfinir ses contours.

Le concept de palimpseste peut néanmoins s’étendre à toute pratique, qu’elle soit sociale, culturelle, historique, anthropologique ou politique, qui entrerait en résonance avec une époque antérieure.

Cette journée propose ainsi, au travers des différents axes possibles suivants, de réfléchir sur le(s) dialogue(s) qui s’instaurent entre les générations actuelles et passées:

– Axe 1 : Renaissance.

Nombreuses sont les idées, coutumes et personnalités qui ont été marginalisées et/ou oubliées par l’histoire et qui font aujourd’hui l’objet de ré actualisation afin de renaître dans l’époque actuelle. Que ce soit sous la plume d’un·e écrivain·e, le pinceau d’un·e peintre, au travers de pas de danse ou de voix théâtrales, derrière l’œil d’une caméra, d’un appareil photographique ou encore sur la toile, de quelle(s) façon(s) ré actualise- t- on des pratiques passées et dans quel(s) but(s) ?

– Axe 2 : Rupture.

Si l’on réactualise le passé, c’est parfois aussi pour rompre avec lui et, pourquoi pas, en proposer une reconstruction. À l’image du courant Indigenista en Amérique Latine qui propose de mettre en valeur les thèmes nationaux afin de s’éloigner des canons européens, l’époque passée peut surgir dans notre présent comme motif de rupture. Qu’il s’agisse de croyances antérieures hégémoniques, de pratiques socio- culturelles et langagières, de mouvements artistiques, comment déconstruit- on et pourquoi ?

– Axe 3 : Imagination.

Etudier les traces du passé dans notre présent c’est aussi s’interroger sur le rôle de l’imagination dans sa recréation. A l’instar des récits des voyageurs romantiques du XIXème siècle tels que ceux de Théophile Gautier ayant participé à la création de mythes et clichés issus de croyances communes, nous pourrions questionner cette tension existante entre expérience individuelle et imaginaire collectif.

– Axe 4 : Mémoire.

Comme le disait Saint Augustin, la mémoire c’est le « présent du passé », c’est la preuve que le passé peut encore faire partie de notre présent. La façon dont peut s’exprimer la mémoire, à travers le témoignage par exemple, pourra être étudiée. Ainsi, conviendra- t- il de s’intéresser à l’étude de la résurgence d’une antériorité vécue individuellement et subjectivement au travers de la mise en mots, en monuments, en chant ou en corps et mesurer la place qu’occupe la mémoire dans nos sociétés actuelles.

Bibliographie indicative :

– Bergson, Henry, Essai sur les données immédiates de la conscience, Chapitre II, 1889.

– Bustamante, Juan, Viaje al Antiguo Mundo, Lima, 1845.

– Garcia Garcia, Lidia, ¡Ay Campaneras! Canciones para seguir adelante, Plan B, 2021

– Lammerich, Yvonne, Palimpsestes, Exposition d’art, Montréal, 2022.

– Lécroart, Pascal et Peslier, Julia, « Voyages des cultures et des mémoires dans les arts de la scène », in Sken&Graphie, n° 6, Presses Universitaires de Franche- Comté, Université de Franche- Comté, 2019.

– “León Ferrari, L’aimable cruauté”. Exposition Centre Pompidou, 2022.

– Marcoy, Paul, Voyage à travers l’Amérique du Sud de l’Océan Pacifique à l’Océan Atlantique par Paul Marcoy Tierra Blanca, Nauta, Tabatinga, Santa Maria de Belem do Para. Paris, librairie Hachette, 1869.

– Nochlin, Linda, Mujeres, arte y poder, y otros ensayos, Barcelona, Edición Planeta, España, 2022.

– Plaza Orellana, Rocío, El Flamenco y los románticos, Un viaje entre el mito y la realidad, Bienal de Arte Flamenco, 1999.

– Saint Augustin, Les Confessions, Livres XI.

– Sanchez, Carolane, Palimpseste d’une recherche- création, Performance pour introduire la soutenance de sa thèse, 2019.

– Sotoca, Helena, Ni musas, ni sumisas, una revisión de la historia del arte occidental con perspectiva feminista, Penguin Random House, 2022.

– Tyras, Georges et Vila, Juan, Memoria y testimonio, representaciones memorísticas en la España contemporánea, Verbum, 2012. […]

En savoir plus ICI


También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search