Mémoires vivantes en mouvement dans la Caraïbe et l’Amérique latine. L’exemple de la migration haïtienne en lusophonie et en hispanophonie américaines

Appel à contributions pour un ouvrage collectif :

Date limite de soumission : 20 avril 2023.

Qui peut faire taire cette Terre ?

Elle souffle, elle chauffe, elle nourrit, s’y cachent tant de mystères, entre autres l’histoire qui fait monde. Elle, elle est aussi belle que dangereuse mue par des mouvements tantôt volcaniques, tantôt sismiques, tantôt cycloniques, elle n’a de cesse de vouloir dire comme une sorte d’exutoire. Terre maternelle, terre matricielle, place au verbe.

Dans le processus de mondialisation considéré comme une entente géopolitique, afin de permettre la libre circulation des marchandises et des hommes, outre cet aspect mercantile et de mobilité civile d’un espace à l’autre, des enjeux plus sensibles ont été mis en exergue depuis l’émergence de nouveaux partenaires dans la sphère internationale. Un équilibre apparent avec à la tête les États-Unis se trouve mis à mal par l’insubordination de chefs d’États aux mœurs opposées. Ces oppositions remettent en question l’ordre établi et donnent lieu à des conflits voire des guerres, aux revendications des peuples, lesquels au final luttent pour vivre dignement. Les caravanes de migrants qui vont du Sud vers le Nord, des périphéries aux centres, rappellent sans fin que l’évolution ne change pas l’histoire mais la transforme. Le migrant se déplace pour les motivations qui sont celles de ses besoins, tout comme le nomade se déplaçait pour les motivations qui étaient aussi ses besoins. Plonger dans l’histoire de la migration, c’est prouver son essence, sentir ses racines, mais c’est surtout exister, c’est aussi sentir son être vibrer, se transformer au gré de ses besoins voire de ses désirs pour stimuler ses sens. Le jeu du passé, du présent et du futur constitue une connaissance où les acteurs des sociétés s’empressent de jouer leur rôle. C’est à cette mémoire vivante en mouvement qu’on cherchera à se référer, celle qui nous permet de comprendre nos rôles, nos besoins, nos désirs dans des sociétés en mouvement, en quête d’émancipations, de vérités, de créations comme marque d’authenticité. Une telle mémoire vivante puise dans ses traditions pour s’enraciner dans le temps et prendre forme dans le verbe, l’espace et la représentation. L’idée que tous les fragments manifestent la Païdeuma, la morphologie des cultures, n’est-elle pas la concrétisation de la mémoire vivante ? Cette quête totalisante de transformations infinies ne s’exprime-t-elle pas de l’intérieur dans la création ? Ce regain d’accessoires, de « trans-, de dé-, de post-, de tech- » ne dépossède-t-il pas l’homme de sa nature et de son humanité ? Décrivons-les telles qu’elles sont : des accessoires, et cherchons ces fragments, ses idées, cette création à notre époque où l’oubli du fragment cède la place à l’illusion, au spectre, au simulacre. La verticalité du mystère et l’horizontalité des possibles s’effacent au profit de la dispersion, du non-être, d’une existence du non-sens, sans attache, sans racine, de l’homme fragmenté, robotisé, machinisé, transformé en spectre, en zombi.

Mémoires vivantes, expression de la Païdeuma, regain de vie, de création, vous, acteurs du présent et de l’avenir, déposez vos analyses de fragment pour que la mémoire vive et le vivant existe. Penser la relation, c’est donner forme au non-être, le poïétiser. Haïti, cœur des indépendances, des luttes contre le colonialisme, interstice de la mondialisation, chantée, vendue, perdue, zombifiée, le ficus antillensis se renforce dans l’adversité. L’exemple d’Haïti nous semble l’illustration de cette mémoire vivante en mouvement, n’est-elle pas le « pays où l’on porte son passé et celui de ses ancêtres dans sa chair » ?

Au-delà des lois religieuses et civiles, la volonté des peuples interagit et permet le vivre ensemble grâce à la connaissance ancestrale, aux traditions, aux dénonciations des souffrances et des

incompréhensions, cette communication est un appel à cette vibration pour des propositions du care et de l’autonomie pour l’humain et son environnement.

Les axes proposés pour l’analyse de ces mouvements migratoires haïtiens décentrés (territoire lusophone et hispanophone) – à titre indicatif et non limitatif – sont les suivants :

– l’éducation inclusive (le créole, l’histoire) ;

– la reconnaissance des savoirs des communautés dans un présent en mouvement dans la quête des possibles à créer à travers l’imaginaire collectif (l’art sous toutes ses formes) ;

– la réparation (témoignages, enjeux socio-économiques et politiques).

En savoir plus ICI



Citar este post
REGARDS CNRS (2023, 13 abril). Mémoires vivantes en mouvement dans la Caraïbe et l’Amérique latine. L’exemple de la migration haïtienne en lusophonie et en hispanophonie américaines. Redial & Ceisal. Recuperado 18 de abril de 2024, de https://doi.org/10.58079/ti7n

También te podría gustar...

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search